Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

(A LIRE) Pardon et Liberté ... le coin du coach (juin)

Pour réfléchir

-

06/06/2020

-

1

Pardon et liberté

Il n’est nul besoin d’être catholique pour avoir affaire avec le pardon, ce que j’évoque ici est une démarche personnelle de libération. J’ai moi-même eu affaire durant ma vie professionnelle avec un boss caractériel qui a fini par me licencier après m’avoir fait souffrir. Comme coach il y a une quinzaine d’années au salon des assistantes de direction à Paris, j’ai pu écouter les préjudices subis par certaines de ces femmes dévouées à leur mission. Dans la vie, des injustices ou agressions peuvent générer un grand stress et l’ingénieur en être déstabilisé. 

Peut-être traînez-vous dans votre vie une blessure, une injustice, un échec, qu’il soit de votre histoire privée ou issu d’une séquence mal vécue de votre vie professionnelle. Vous n’arrivez pas à vous en débarrasser, compliqué par une sorte de culpabilité, une colère rampante, et vous en rêvez de façon récurrente.

Voici un travail de vérité et de purge que vous pouvez vous offrir pour déposer ce poids et repartir plus léger dans de nouvelles aventures. Mais me direz-vous :

Vous : « les préjudices personnels ne s’oublient pas quand la blessure a fait trop mal… »

Moi : « dans ce que je vous propose, il ne s’agit pas d’oublier, mais de prendre la décision de pardonner. »

Vous :  « pardonner une telle traitrise alors que j’étais vulnérable.., je ne pourrai jamais. »

Moi : « c’est votre choix, mais sachez que d’autres l’ont fait, en sont sortis plus libres et plus forts. »

Alors, combien de temps allez-vous rester ainsi, qui vous maintient dans le statut de victime ? Allez franchissez le pas ! La procédure est la suivante, qui exige de vous authenticité, honnêteté, engagement de générosité, ouverture :

Ecrire dans le tableau le nom de ceux qui vous ont un jour maltraité, blessé, qui ont été injustes envers vous, et envers qui vous éprouvez ou avez éprouvé du ressentiment, de la rancœur, de la colère. Quels qu’ils soient.

En face de chaque nom, noter la nature de l’offense subie ou le ressentiment que vous en éprouvez. C’est le moment de faire l’inventaire en parcourant votre vie. Petits et grands préjudices, comme si vous deviez les mettre à procès. Peut-être vous rendez-vous compte qu’il y a lieu d’ajouter des lignes. Alors faites-le et remplissez. S’il faut, laissez reposer une nuit.

Puis fermez les yeux, détendez-vous. Prenez le temps de visualiser chaque personne. Discutez un peu avec chacune, lui expliquant que dans le passé vous avez éprouvé de la colère à son égard ou que vous avez pensé du mal d’elle, mais que désormais vous allez faire votre possible pour tout lui pardonner, pour dissoudre et libérer toute l’énergie restée prisonnière entre vous.

Bénissez chaque personne, et dites-lui : « Je te pardonne et te libère. Va et sois heureux(se)»

Une fois ceci fait individuellement, écrivez de votre main sur le papier : « Maintenant, je vous pardonne et vous libère tous ». Vous pouvez souffler sur main ouverte autant de fois qu’il y a de personnes concernées. Puis jetez le papier enroulé avec un ruban dans un fleuve, dans la mer, ou dans un feu, en guise de symbole du détachement que vous voulez avoir maintenant vis-à-vis de vos expériences passées.

Important : Le même processus peut être conduit vis à vis de soi-même. Car ne traînons-nous pas comme des casseroles déceptions ou hontes, lâchetés, abandons, violences, traîtrises, paroles générant des dégâts, qui cabossent l’image de soi dans le conscient ou l’inconscient ? Ces attitudes, jugées avec le recul mauvaises ou maladroites, sont de notre fait. Elles peuvent être de moi à moi, ou de moi à autrui. Dans le premier cas, c’est l’heure de vous pardonner, sachant « qu’on fait toujours à un instant donné de sa vie le « meilleur choix » que l’on croit avec l’équipement qu’on a ! ». Dans le deuxième cas, se demander si solliciter le pardon d’autrui ne serait pas la condition de vous pardonner vous-même.

Nom de la personne

Nature de l’offense ou du ressentiment











En final, écrivez de votre main ci-dessous : « Maintenant, je vous pardonne et vous libère tous ». Vous pouvez même signer en conscience. Puis soufflez sur votre main ouverte successivement, comme si les lignes que vous avez remplies dans le tableau se blanchissaient au fur et à mesure.


Si vous faites cela en vérité, vous constaterez quelque temps après que votre liberté personnelle a grandi.

653 vues Visites

J'aime

Commentaires1

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Pour réfléchir

Une vision scientifique des perturbations climatiques

photo de profil d'un membre

Henri DE SAINT ROMAIN

10 septembre

1

1

Pour réfléchir

(A LIRE) L’équilibre sert l’efficacité, donne plaisir de vivre ... le coin du coach (septembre)

photo de profil d'un membre

Henri DE BARBEYRAC

09 septembre

Pour réfléchir

(A LIRE) Visualiser et ancrer un objectif désiré ... le coin du coach (juillet)

photo de profil d'un membre

Henri DE BARBEYRAC

03 juillet