Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Les Sussus agissent pour le Développement Durable

Développement durable

-

04/06/2020

-

1

Interview d'Alexis Moreau (ESME 2017), co-fondateur d'Encelade

Alexis Moreau (ESME Sudria 2017) a mis au point une solution innovante pour nettoyer les déchets en plastique qui polluent les cours d’eau, les lacs ou les étangs. Avec un associé, il a fondé Encelade qui propose ce système aux collectivités et aux entreprises. Alexis répond à nos questions.

Alexis, qu'est ce qui t'a conduit à développer ce système ?
Je pense qu’il faut absolument protéger les écosystèmes, notamment aquatiques. C’est en me baladant dans différents ports en France, où tout le monde a déjà entendu dire : “l’eau est sale, mais c’est normal c’est un port”. Nous pensons que la pollution de l’eau n’est pas une fatalité.

Il y a un an maintenant, nous avons eu l’opportunité de co-créer une solution avec le service des Canaux de Paris, qui a un gros problème de déchets sur le Canal de l'Ourcq.

Peux-tu nous préciser le principe du système de nettoyage de cours d'eau que tu as mis au point et quelles sont ses applications ?
Notre solution concerne les déchets flottants et entre deux eaux, et s’applique au nettoyage des cours et plans d’eau. Par exemple, les rivières, les canaux ou les étangs.

Notre système est constitué de deux parties :

- un collecteur attaché à la berge composé d’un tapis convoyeur qui envoie les déchets dans un panier amovible.

- un système de rabattage de déchets qui alimente le collecteur en déchets.

Nous ne pouvons pas en dire davantage car notre invention est en cours de dépôt de brevet.

Quel est l'avancement de ce projet: est-il en phase d'étude, de prototype, d'essais, ou en phase industrielle, commerciale ?
Aujourd’hui nous avons un prototype fonctionnel, que nous allons mettre en production au bassin de la Villette au mois de Juin je l’espère, car nous avons été malheureusement retardés par la Covid-19.
Notre prochain essai se déroulera à la Base de loisirs de Jablines, sur une zone de traitement bien plus grande, 750 m2.

Parle-nous d'Encelade: quelle est sa structure, entreprise, association ou autre? Et d'où vient ce nom ?
Nous avons fait le choix de faire d’Encelade une SAS. Le sujet s’est posé de créer une association comme bon nombre de nos concurrents, mais nous pensons que tant que l’écologie restera la chasse gardée du militantisme, les choses ne bougeront pas réellement. Aussi, nous pensons que les bénéfices d’une eau propre ne s’arrêtent pas au bien être des écosystèmes naturels, mais permettent un retour sur investissement conséquent, notamment sur le tourisme.
Encelade est le nom du satellite de Saturne recouvert d’eau liquide. Nous aimions l’idée que notre vision d’une eau propre sur Terre puisse retrouver celle d’Encelade, immaculée.

En quoi tes études à l'ESME Sudria t'ont-elles été utiles pour ton projet professionnel ?
Sans aucun doute, je dirais la polyvalence. Durant la phase de prototypage de notre machine j’ai du faire appel à mes connaissances en Énergie, Électronique et Informatique. Sortant de la majeure IT, j’ai apprécié avoir encore des souvenirs de mes cours de 3ème et 4ème années !

Pour en savoir plus: www.encelade.tech

384 vues Visites

5 J'aime

Commentaires1

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Actualités IESF

Marc Ventre reconduit à la présidence d'IESF

photo de profil d'un membre

Yves VERDET

23 septembre

Enquête-Sondage

(NEWS) Les résultats de l'enquête 2020 : les Ingénieurs ESME Sudria sont toujours bien positionnés

photo de profil d'un membre

Yves VERDET

22 septembre

Concours

La Tribune récompense FinX, la start-up de Harold Guillemin (2014) !

photo de profil d'un membre

Yves VERDET

21 septembre