Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Stop aux ruminations toxiques

Pour réfléchir

-

12/11/2020


En ce temps de pandémie, de confinement et de repli sur soi, attention aux mauvais réflexes, alimentés par des médias anxiogènes !  Rappel des fondamentaux.

Ruminer, c’est se focaliser, de manière répétée, circulaire, stérile, sur les causes, les significations et les conséquences de nos problèmes, de notre situation, de notre état.

Quand on rumine, on croit réfléchir, mais on ne fait que s’embourber et s’abîmer.
La rumination amplifie nos problèmes et nos souffrances, réduit notre espace mental disponible pour tout le reste de notre vie (notamment pour les bonnes choses et les instants heureux).
Et surtout, elle met en place de mauvais réflexes et de mauvaises habitudes : face à des difficultés, les ressasser, au lieu de les résoudre (même imparfaitement) ou de les tolérer en continuant malgré tout à vivre.

Pour savoir si nos réflexions sont des ruminations, il y a 3 questions à se poser :
1) Depuis que je songe à ce problème, est-ce qu’une solution est apparue ?
2) Depuis que je songe à ce problème, est-ce que je me sens mieux ?
3) Depuis que je songe à ce problème, est-ce que j’y vois plus clair ? est-ce que j’ai plus de recul ?
Si la réponse (honnête) à ces questions est « non », alors c’est que je ne suis pas en train de réfléchir, mais de ruminer.

Dans ces cas-là, suprême humiliation, la solution ne viendra pas de mon esprit (« pense à autre chose ») mais de l’action : aller marcher, parler à un proche. M’efforcer de refermer le dossier, ou du moins, m’engager dans une autre activité pour qu’il n’y ait pas que cela à ma conscience.
Ce qui aggrave la rumination : l’immobilité et la solitude.
 Ce qui entrave la rumination : le mouvement et le lien (mais attention à ne pas chercher les autres pour co-ruminer à deux !).

Autre solution : la méditation de pleine conscience. Accepter que mes ruminations soient présentes à mon esprit mais ne pas les laisser seules : les accompagner de la conscience de mon souffle, de mon corps, des sons, de la conscience de tout ce que je suis et de tout ce qui m’entoure.
Plus compliqué que d’aller marcher. Mais plus efficace encore, à condition de s’être entraîné avant…

Christophe André, dans la Lettr'Optimiste de la Ligue des Optimistes.


193 vues Visites

2 J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Pour réfléchir

(A LIRE) L’ingénieur deviendra-t-il un vrai manager ?... le coin du coach (novembre)

photo de profil d'un membre

Henri DE BARBEYRAC

06 novembre

Pour réfléchir

(A LIRE) L’optimisme et l’enthousiasme sont les qualités du gagnant... le coin du coach (octobre)

photo de profil d'un membre

Yves VERDET

10 octobre

Pour réfléchir

Une vision scientifique des perturbations climatiques

photo de profil d'un membre

Henri DE SAINT ROMAIN

10 septembre

1

1